Photo Brigitte RoccaBrigitte ROCCA VOLMERANGE, Professeure Université Paris Sud émérite
Astrophysicienne à l'Institut d’Astrophysique de Paris (rocca@iap.fr)
http://www.iap.fr/users/rocca

Agrégation de Physique, 1964, rang 8e, major épreuve Physique
Doctorat d’Etat 1975 Physique : Ralentissement des neutrons dans les réacteurs nucléaires à neutrons rapides (CEA /Cadarache, Saclay). Pdt jury : Jules Horowitz (
Haut Commissaire CEA ), Dir. Thèse Michel Cadilhac (Prof. U. Provence)
Recherches en Evolution des galaxies, Cosmologie, Physique nucléaire
Enseignement supérieur
  • Directrice DEA Astrophysique et Tech. spatiales (Univ Paris-SUD), 1997-2000.

  • Création et responsabilité (2000-2011) de la Formation doctorale Post-Master. (15 Cours Doctoraux) de l'ED AAIdF.

  • Membre du Bureau de l'Ecole Doctorale Astronomie & Astrophysique d’Ile de France 1997-2011 (14 ans).

  • Responsable Cours Doctotal (AAIDF). Evolution des galaxies : AGN starburst.

  • Responsable de services d'enseignement 1er et 2nd cycles : Univ. Paris-SUD, Obs. Paris, Univ. Paris V, Viet-Nam.

Activités associatives
Autres Activités :
  • Membre DPAC / Gaia
  • Membre Conseil Scientifique  de l'IAP
  • Charge de mission INSU-CNRS (1996-1998).
  • Responsable contrats internationaux CNRS-NSF, Science.
  • Membre de conseils et comités : IAP, Université Paris-Sud, HST, ISO, Universités Lyon et Strasbourg; PICS Australie (1994-2008); réseaux ISO/ELAIS, POE, HzRG./li>
  • Organisation de nombreuses conférences, communications (ex: GAGNES 2015, Gaia SAF/Paris 2013, EGSG 2010-2013) et participation à des ouvrages de vulgarisation.
Une radio galaxie en spectroscopie intégrale de champ avec OASIS, collaboration Obs. Lyon
Image Lyα de la radio galaxie 4C41.17 avec l'instrument 3-D TIGER/CFHT (Adam, Rocca-Volmerange et al., 1997, A&A, 326, 501)
Recherche : Evolution des Galaxies et Cosmologie

Des galaxies proches aux primordiales. Trous noirs stellaires et super massifs. Satellite Gaia (AGN-MW)

Découverte de galaxies massives elliptiques à z=4 à partir de Herschel et Spitzer (RV etal. 2013).
Confirme : les galaxies sont déjà vieilles (~ 109 ans) et massives (10
12 Msoleil) à partir de la bande K (RV etal. 2004).
Masse des trous noirs stellaires des supernovae ≅ masse des trous noirs super massifs (RV etal. 2015).
Evolution par sursauts et lois de formation d'étoiles par type de galaxie
Abondances chimiques cosmiques


Diagramme de Hubble K-z
Emission infrarouge 2,2 μm (bande K) de galaxies massives 1012 Msol, (en rouge) prédite par le code Pégase (Rocca-Volmerange et al. 2004 A&A, 415, 931).
 

Observations des flux optiques-infrarouges (HST, ISO, SPITZER, HERSCHEL) : croix rouges, de la radio galaxie 4C41.17 (z=3.8).
MModèle (tracé noir) de populations stellaires a) vieille (orange)  b) jeune (bleu) c) noyau actif de galaxie (vert), Rocca-Volmerange et al. 2013, MNRAS, 429,2780.

   

Modèle d’évolution spectrale et chimique PÉGASE

(luminosités, métaux, grains, gaz et trous noirs à tous les âges de la galaxie).
Sélectionné par Astronomy & Astrophysics Journal, 2009, vol. 500, no1, p 521.
Nouvel article PEGASE.3, 2017, Fioc & Rocca-Volmerange, soumis (extension à l'infrarouge lointain et submm) 

Bibliothèques de galaxies synthétiques
  Lois de formation d'étoiles par types

Modèles synthétiques de PEGASE: distributions continues d'énergie (UV-IR) d'une galaxie de 0 à 20 milliards d'années. Les émissions des étoiles et des grains de poussière sont calculées de façon cohérente par transfert radiatif (Fioc et al, 2014).  

Pour le satellite Gaia : galaxies et quasars (collaborations avec Pr M.Kontizas (Athènes) et J.Souchay (Obs. Paris).
   

Taux normalisé de formation d'étoiles (SFR) par type (elliptique E, spirale Sa,Sd et irrégulière Im) en fonction des redshifts (et du temps). La masse des trous noirs stellaires est calculé à partir de ces taux. Rocca-Volmerange et al. 2015, ApJL, 803, L8

    Directrice de thèse de >10 docteurs : Pour PEGASE (Michel Fioc, 1997, MC UPMC ; Bruno Guiderdoni, 1986, Dir. Obs. Lyon) et dans l’ordre: Elizabeth Vangioni-Flam, 1981, CNRS, IAP, David Valls-Gabaud, 1991, CNRS, Obs. Paris , Ariane Lançon, 1994, Prof. Univ. Strasbourg, Emmanuel Moy, 2000, orient. ONG, Damien Le Borgne, 2003, MC UPMC, Maela Collobert, 2005, postdoc UK, Alessandro Rettura, 2006, Caltech, USA, Guillaume Drouart, 2013, PostDoc Onsala Suède. Contributions aux thèses de P. Tsalmantza, A. Karampelas (U. Athènes) et P. Podigachoski (U. Groningen), 2016. Nombreux stagiaires, post-doctorants. Présidences et membres de jurys de thèses.

    Collaborations : IAP, Obs. Paris, Irfu / CEA, Obs. Lyon, Obs. Marseille. International : The Netherlands, USA, UK, Japon, Pays-Bas, Suisse, Italie, Grèce, Suède, Australie, Brésil, Espagne, Chili, Allemagne et autres.

    Publications ~233 ( ADS )

    Diffusion grand public :
    Conférence publique IAP du 8 Novembre 2016 « Les galaxies lointaines : premières étoiles, premiers trous noirs, la clé des galaxies elliptiques massives ? »
    Article dans le journal "L'Astronomie", Société Astronomique de France (SAF), Rocca-Volmerange B. « Les galaxies plus lointaines », juillet 2016, p.32