Institut d'Astrophysique de Paris - Groupes de recherche : Grandes structures et univers profond
Site internet du CNRS Bandeau-IAP logoIAP
accueil | ContactAnnuaireAccèsPlan du sitedrapeau

Grandes structures et univers profond

La simulation NUT à z=0 (c) Taysun Kimm

Présentation du groupe

Responsable : Raphaël GAVAZZI

Contact : 01 44 32 80 16 / gavazzi @ iap.fr

 

 

Les thèmes de recherche de l’équipe « Grandes structures et univers profond » s’articulent autour de l’étude des propriétés à grande échelle de la distribution de matière dans l’univers. Au-delà de la simple cartographie de l’univers, la distribution des grandes structures fournit des informations sur ses propriétés et permet d’affiner et de tester statistiquement les prédictions des modèles cosmologiques. Ainsi le travail de l’équipe couvre aussi bien des activités théoriques, de simulations numériques que des participations à des campagnes d'observations, notamment spatiale. Les activités théoriques permettent l'étude en amont des propriétés fines des grandes structures dans différents modèles cosmologiques qui sont complétées par les simulations numériques quand ces outils numériques atteignent leur limite. Il s’agit de calculer l’impact de cette physique sur la distribution des grandes structures, d’en tirer les conséquences observationnelles et d’exploiter les données existantes afin de tester ces hypothèses. Une part importante de l’activité du groupe se focalise sur les méthodes mathématiques nécessaires à l’exploitation statistiques de ces données. Cette activité est aussi un service à la communauté astrophysique française et mondiale, certains des algorithmes développés au sein du groupe étant largemment distribués.
Prospective
Dans le futur, l’activité de l’équipe restera structurée autour de l’exploitation scientifique des données de l’univers profond, des méthodes de traitement et d’analyse de ces données et de leur production en participant à ces campagnes expérimentales, et par le biais de simulations numériques dimensionnantes pour leur contrepartie virtuelle.

 



  • Planck révèle l’écran de poussière polarisée devant le rayonnement fossile : septembre 2014
    Le consortium Planck a publié une analyse statistique de l’émission polarisée de la poussière de notre Galaxie dans les régions du ciel les plus propices à la mesure la polarisation de la première lumière de notre univers. Cette étude montre que, contrairement à ce qui avait été envisagé par la collaboration BICEP2 notamment, la polarisation du signal d'avant-plan galactique est suffisamment importante pour masquer celle du fond diffus cosmologique, et ce sur la totalité de la voûte céleste. Ainsi, la détection des ondes gravitationnelles primordiales, par Planck ou par les autres équipes avec des observations réalisées du sol et de ballons stratosphériques, exigera la délicate séparation des contributions cosmologique et galactique de la polarisation du ciel. Ce signal primordial associé à la phase d’inflation au tout début de l’histoire de notre univers semble encore plus difficile à traquer que prévu…
  • Financement des ANR Spin(E) et Vlasix : Juin 2013
    l'Agence Nationale de la Recherche a decide de Financer des programmes Spin(E) et Vlasix.

cnrs  upmc
Membre des LabEx ILP et ESEP
ilp  esep

UMR7095 - Institut d'Astrophysique de Paris - 98 bis boulevard Arago - 75014 Paris - Tél. 33 (1) 44 32 80 00 - Fax 33 (1) 44 32 80 01 | ContactAnnuaireAccèsPlan du site  | 

Mise en page 2010 | Mentions légales  |